NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition


Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Le principal opposant de Paul Biya et son challenger a la presidentielle du 8 octobre 2018, Maurice Kamto, etait depuis pres de neuf mois emprisonne a Yaounde. | PHOTO: MARCO LONGARI / AFP
ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.
 
En vieux maître des horloges de son pays, le président Paul Biya s'est d'abord manifesté dans la soirée du 4 octobre par un tweet inattendu, nouveau moyen de communication des dirigeants, y compris au cœur de l'Afrique : « J'ai décidé de l'arrêt des poursuites judiciaires contre certains responsables et militants de partis politiques, notamment du MRC [Mouvement pour la renaissance du Cameroun], arrêtés et détenus pour des faits commis dans le cadre de la contestation des résultats de la récente élection présidentielle. » Dans la foulée, la présidence indique qu'il s'agit de l'arrêt des poursuites « devant les tribunaux militaires », sans préciser si cette mesure concerne Maurice Kamto, le chef du MRC. Le samedi 5 octobre, Maurice Kamto est libre, comme tous ses proches, cadres du parti. La présidente du tribunal militaire de Yaoundé a prononcé l'abandon des charges contre eux. Une annonce qui coupe court à leur procès, et à celui de 90 de ses partisans, dont la prochaine audience était fixée trois jours après, au 8 octobre, pour insurrection et destruction de biens publics après la proclamation des résultats de l'élection présidentielle de 2018.
 
 
Décision surprise
 
Un coup politique qui prend par surprise et déstabilise l'opposition qui ne peut évidemment pas refuser la libération de ses militants accueillis par la foule à la sortie du tribunal. En coulisse, les négociations ont été intenses. Mais les autorités ont lâchées sur ordre du président qui a su faire monter le suspense depuis qu'il a annoncé en septembre la tenue d'un grand dialogue national. Dans la veine en fin de compte des réunions publiques que mène Emmanuel Macron avec les Français depuis la crise des Gilets jaunes.
 
Cette fois-ci, Paul Biya suit de très près le processus qu'il a engagé. Il n'est pas à Genève ou même dans sa « ferme », près de son village natal à 180 kilomètres de Yaoundé où il aime résider plusieurs semaines d'affilée. Il reste dans le palais présidentiel qui domine la capitale. La crise est grave et peut dégénérer. Il doit faire face à la sale guerre qui s'est installée depuis trois ans dans les provinces anglophones qui abritent 16 % des Camerounais. Combats et exactions sont perpétrés des deux côtés, y compris de la part des rebelles. Le bilan est très lourd : 3 000 morts et 500 000 déplacés selon les ONG. À cela s'ajoute la contestation qui s'agite à Douala et Yaoundé. Le statu quo et les emprisonnements d'opposants qui prévalent depuis les élections contestées de l'an dernier n'ont rien résolu. Au contraire. La violence augmente, entraînant peu à peu le pays vers le risque d'une guerre civile. Une déstabilisation rampante du pays qui inquiète.
 
La menace Boko Haram
 
Washington et Paris craignent que le Cameroun devienne comme les pays du Sahel voisins en proie aux attaques des groupes armés islamistes. Jusqu'ici, le Cameroun a bien résisté. Dès le début des incursions depuis l'État du Borno au Nigeria des fanatiques de Boko Haram, Paul Biya a dépêché des renforts au nord, en particulier le BIR, le Bataillon d'intervention rapide formé par d'ex-officiers israéliens. Il a ensuite débloqué des crédits pour acheter du matériel, y compris des hélicoptères, pour arrêter les hordes de fanatiques qui franchissaient la frontière pour massacrer les villageois. Mais il ne s'est pas arrêté là. Pragmatique, Paul Biya n'a pas voulu perdre de temps en tergiversations inutiles qui auraient permis aux islamistes de conquérir l'extrême nord du pays, coincé entre le Nigeria et le Tchad. En hésitant à s'ouvrir à l'aide militaire occidentale, le Burkina Faso est plongé aujourd'hui dans une guerre contre les terroristes, qui tiennent désormais près de 40 % du pays. L'aide des drones américains, des avions français et des militaires du dispositif Barkhane est maintenant là, mais en urgence, au coup par coup et peut-être trop tard. D'habitude sourcilleux de l'indépendance de son pays, Biya, sentant le danger dès le départ, a pris dans la discrétion les mesures nécessaires. Difficile en effet d'éliminer les métastases du mal terroriste, une fois que des régions entières sont contaminées. Aussi le président camerounais a-t-il autorisé des militaires et des conseillers américains à ouvrir une base à Garoua pour des drones, et à se projeter à Maroua pour délivrer du matériel et entraîner des unités de l'armée. Côté français, il a rencontré le responsable de la DGSE, les services de renseignements extérieurs, et a autorisé des échanges avec ses propres services sur les groupes terroristes, qui s'ajoutent aux livraisons de matériels.
 
Crise séparatiste anglophone
 
Mais depuis trois ans, un nouveau font, intérieur celui-là, est né. D'abord avec les indépendantistes anglophones qui se battent pour la sécession, avec le pétrole qui va avec. Leurs chefs sont à l'étranger et auraient signé des pré-contrats avec des compagnies nord-américaine, en particulier canadiennes, pour exploiter les ressources. Une crise qui a dégénéré jusqu'à la lutte armée, alors que la population n'adhère pas dans son ensemble au projet d'indépendance des plus ultra. Même imparfait, le grand dialogue a permis au bout de cinq jours de discussions une décentralisation et un statut spécial aux deux régions anglophones, la suppression du statut du délégué du gouvernement nommé, l'allégement de la tutelle de l'État, le renforcement de l'anglais dans les administrations, la double nationalité pour la diaspora et un transfert des ressources vers les régions anglophones de 10 à 15 % des recettes de l'État. Avec la contestation des dernières élections présidentielles est née une seconde crise que Paul Biya a visiblement décidé de gérer autrement. En mars dernier, Washington avait déclaré « qu'il serait sage » de libérer Maurice Kamto et ses militants. Idem pour l'Union européenne, pour qui ces emprisonnements « étaient disproportionnés ». Impliqué dans la région comme jamais, et étant elle-même confrontée aux indépendantistes corses, Paris est resté silencieux par rapport à son allié, mais a fait passer des messages en coulisse prônant l'apaisement. Faisant le constat qu'il fallait faire bouger les lignes, comme dans la lutte contre Boko Haram au nord, Paul Biya a fini par trancher avant qu'il ne soit trop tard. Il a surpris ses adversaires en lâchant du lest en vingt-quatre heures. Des décisions qui rebattent les cartes, autant dans les régions anglophones qui devraient obtenir beaucoup plus par la négociation que par les armes et au sein de l'opposition qui, désormais, va devoir mettre au point une nouvelle stratégie pour exister.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches
Mar 24 Mar 2020 | dans Culture

Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus.   Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». ... Lire la suite >

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds
Mar 24 Mar 2020 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

En République démocratique du Congo (RDC), l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga et son ancien conseiller financier Ezechiel Mbuyi Mwasa ont été condamnés ce lundi 23 mars à cinq ans de travaux forcés pour le détournement... Lire la suite >

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Mar 04 Février 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.   La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche... Lire la suite >

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers
Mar 04 Février 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Economie

PERTE. Fermeture des champs pétrolifères et blocus des ports ont entraîné une perte de plus de 560 millions de dollars, selon la National Oil Corporation.   Au-delà des graves conséquences sur la vie des Libyens, la guerre qui sévit dans... Lire la suite >

L'enlisement français au Sahel questionné

L'enlisement français au Sahel questionné
Ven 24 Jan 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Les mesures annoncées lors du sommet de Pau autour du G5 Sahel suffiront-elles à ramener la paix dans la région ? Éléments de réponse.     Lors du sommet qui s'est tenu à Pau le 13 janvier 2020, date du septième... Lire la suite >

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »
Ven 24 Jan 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Titinga Frédéric Pacéré est l’un des premiers signataires de « l’Appel de Manega » pour « la paix et la réconciliation » d’un pays durement frappé par les violences djihadistes.     Un dicton... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS