NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »


« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »
Titinga Frédéric Pacéré devant sa maison de Ouagadougou, le 21 janvier 2020. | PHOTO: Sophie Douce pour "Le Monde"
Titinga Frédéric Pacéré est l’un des premiers signataires de « l’Appel de Manega » pour « la paix et la réconciliation » d’un pays durement frappé par les violences djihadistes.
 
 
Un dicton orne le portail de la maison de Titinga Frédéric Pacéré : « Si la termitière vit, qu’elle ajoute de la terre à la terre. » « Au Burkina, la termitière est le symbole de la société, je crois que chaque citoyen doit participer à la construction de sa nation », explique ce sage de 76 ans, vêtu d’un long boubou coloré et coiffé du chapeau rouge des chefs coutumiers. Une devise qui a inspiré toute la vie de celui que l’on considère comme l’un des premiers intellectuels de la Haute-Volta. Son curriculum vitæ est impressionnant : premier avocat du pays et premier bâtonnier de l’Ordre, ancien expert indépendant des Nations unies pour la République démocratique du Congo (RDC), écrivain, poète, fondateur du Musée des arts de Manega, son village, membre du Comité international 17 Octobre Refuser la misère.
 
Titinga Frédéric Pacéré a fait de sa vie un engagement. Préoccupé par la multiplication des violences dans son pays – la dernière attaque en date, lundi 20 janvier, a fait 36 morts civils dans des villages du nord –, il a décidé avec cent autres personnalités burkinabées de lancer « l’Appel de Manega » pour « lutter pour la paix et la réconciliation au Burkina Faso ».
 
Qu’est-ce qui vous a poussé à lancer cet « Appel de Manega » ?
Titinga Frédéric Pacéré La situation est extrêmement grave. En mille ans d’existence, le Burkina Faso, composé d’une soixantaine d’ethnies, n’a jamais connu de conflits intercommunautaires, religieux ou régionaux, nous avions toujours vécu dans la fraternité. Et, depuis cinq ans, voilà qu’on se déchire. Des forces obscures sont venues nous diviser et nous opposer. Certains, comme les Peuls ou les musulmans, se retrouvent stigmatisés. Ces terroristes sont arrivés avec des armes pour nous dire que notre Dieu n’existe pas et tenter de nous inculquer leur « religion ».
 
Il devenait urgent que nous, intellectuels, nous fassions enfin entendre notre voix. C’est pourquoi, le 15 juin 2019, nous avons lancé « l’Appel de Manega », de mon village, qui est un lieu symbolique de l’identité culturelle burkinabée et de sa diversité ethnique. Cent personnalités – ce chiffre a été choisi en hommage au centième anniversaire de la création de l’ancienne Haute-Volta en 1919 –, ont décidé de se rassembler pour réfléchir ensemble à des solutions permettant de restaurer la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso.
 
Nous avons ensuite constitué un conseil de onze sages, des hommes et femmes d’expérience venant de divers horizons : des chefs coutumiers et religieux, d’anciens haut gradés militaires ou encore d’anciennes personnalités politiques. Notre appel, apolitique, compte déjà plus de 300 signataires et nous dévoilerons notre feuille de route prochainement.
 
Comment expliquez-vous que le pays ait basculé dans de telles violences ?
La société traditionnelle est complètement démunie et n’a pas les moyens de contrecarrer ces djihadistes. La faute d’abord à la colonisation, qui a déstabilisé l’organisation de la chefferie coutumière et relégué les naba, les chefs coutumiers, au rôle d’auxiliaire de l’administration. Puis Maurice Yaméogo, le premier président de République de Haute-Volta, a supprimé une loi qui organisait les chefferies des cinq royaumes du pays, en réaction à la tentative de coup d’Etat du Mogho Naba Kougri [ancien roi de Ouagadougou] en 1958.
 
Ensuite, il y a eu la révolution de 1983, dirigée par Thomas Sankara, où l’on a supprimé le reste du texte législatif sur la chefferie coutumière, au motif qu’elle incarnait le passéisme et la bourgeoisie. Depuis, même si les chefs traditionnels gardent un rôle très symbolique, ils n’ont plus aucun pouvoir légal.
 
Conséquence : nos valeurs ancestrales, telles que le respect de la famille et du chef, la fraternité et la tolérance, se sont érodées. Malheureusement, on observe que certains jeunes sont perdus, ils ont oublié leur culture et leur histoire. On les envoie à l’école moderne, mais sans leur enseigner ce précieux héritage. Les groupes terroristes profitent de la misère, du chômage, de la faim et de cette perte de repères pour recruter ces enfants.
 
Quel rôle peut jouer la chefferie traditionnelle ?
A l’époque, le Mogho Naba, le roi du royaume de Ouagadougou, s’appuyait sur ses fils et les naba pour mailler l’ensemble du territoire. Il avait placé des chefs de guerre autour de la capitale Ouagadougou pour la protéger des invasions. Dans le même ordre d’idée, dans les villages visés par les attaques, les chefs coutumiers pourraient organiser des patrouilles avec l’aide des habitants et ainsi renseigner les forces de défense et de sécurité. Dans la coutume, aucun « étranger » ne peut entrer et séjourner dans une localité sans que le chef n’en soit avisé.
 
Il joue également le rôle de médiateur dans les conflits et veille au respect de certaines règles ancestrales. Par exemple, il est interdit de s’entre-tuer ou d’utiliser un fusil contre un homme. De même que l’assassinat d’un chef coutumier impose une amnistie de soixante-douze heures, pour le respect de l’enterrement. La guerre était « humaine », il y avait la pitié et la morale, alors que dans cette guerre « moderne », les moyens sont ignobles. On tue des femmes et des enfants, on pose des mines artisanales, ce n’est pas cela l’homme, ce n’est pas cela la fraternité.
 
Rappelons-nous d’où nous venons et qui nous sommes. La chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale. Pour cela, il faut lui redonner un cadre légal, en précisant dans la nouvelle Constitution [qui a été promise par le président Kaboré et doit être votée par référendum] qu’elle est gardienne des valeurs de traditions et peut contribuer à la paix.
 
Comment peut-elle régler les conflits entre communautés ? Le 1er janvier 2019, à Yirgou, l’assassinat d’un chef coutumier mossi et de ses proches avait conduit à des représailles meurtrières contre la communauté peule…
 
La justice moderne doit s’imposer, puisque c’est la seule officielle. Seulement, on y crée deux ennemis, souvent inconciliables, en donnant raison à l’un et tort à l’autre. La justice dite « traditionnelle » peut être un outil important pour la résolution de certains conflits. On rassemble les deux parties, on se parle et on essaie de trouver un consensus. Dans mon village à Manega, les habitants préfèrent d’ailleurs venir me voir, pour que je mène une médiation, plutôt que de recourir à la justice moderne. La prison n’existe pas dans nos coutumes. Chez nous, la société prime sur l’individu. Elle n’accepte pas que l’on détache un de ses membres pour l’enfermer dans une geôle. Même lorsqu’il y a eu un crime, les familles se rencontrent et tentent de trouver un arrangement.
 
Il ne faut pas oublier non plus le recours à la « parenté à plaisanterie », un outil ancestral de cohésion sociale et de règlement des litiges. Je me souviens, lorsque j’étais avocat, avoir travaillé sur un dossier de rixe entre deux ethnies. Il y avait eu des morts. Au procès, les accusés ont dû se présenter et donner leur nom traditionnel. Les deux chefs se sont alors rendu compte qu’ils étaient « parents à plaisanterie », ils ne pouvaient donc pas s’affronter. Ils ont dit au juge : « Garde tes papiers, on va régler cela ensemble. » Ils se sont salués et ont quitté la salle. Le conflit était réglé.
 
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches
Mar 24 Mar 2020 | dans Culture

Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus.   Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». ... Lire la suite >

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds
Mar 24 Mar 2020 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

En République démocratique du Congo (RDC), l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga et son ancien conseiller financier Ezechiel Mbuyi Mwasa ont été condamnés ce lundi 23 mars à cinq ans de travaux forcés pour le détournement... Lire la suite >

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Mar 04 Février 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.   La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche... Lire la suite >

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers
Mar 04 Février 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Economie

PERTE. Fermeture des champs pétrolifères et blocus des ports ont entraîné une perte de plus de 560 millions de dollars, selon la National Oil Corporation.   Au-delà des graves conséquences sur la vie des Libyens, la guerre qui sévit dans... Lire la suite >

L'enlisement français au Sahel questionné

L'enlisement français au Sahel questionné
Ven 24 Jan 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Les mesures annoncées lors du sommet de Pau autour du G5 Sahel suffiront-elles à ramener la paix dans la région ? Éléments de réponse.     Lors du sommet qui s'est tenu à Pau le 13 janvier 2020, date du septième... Lire la suite >

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS